Dans le lit des peurs ordinaires, dans l'antre des hontes et des trouilles quelles engendrent, dans les niches où se construisent les armures de convenances, derrière les murs vernis de sourires affichés et tant de fois repeints de mensonges rafistolés, les graines de vérités sont des bombes, les gestes tranquilles et généreux d'honnêteté sont des grenades dégoupillées, l'amour, la franchise et la sincérité sont des mines anti-personnel.
D'avoir quitté très tôt le nid des conventions sous lequel grouillaient tant de vampires malsains, d'avoir été ostracisée par son groupe familial, exclue et mise à l'index, Milla sans le vouloir, sans le savoir, s'était donné des ailes. La fonction crée l'organe.
Elle avait laissé le désir fou de liberté de justice et de paix jaillir du plus profond d'elle-même, tendu un soir de détresse noire, vers le ciel étoilé ses deux bras timides pour s'envoler, vivre, elle voulait juste vivre, ...deux ailes lui étaient venues. Deux ailes diaphanes, immenses et puissantes, d'une force insoupçonnée. Elle avait quitté la tanière des désespoirs cachés.
Elle était entrée dans la vie.
Comme un ange.

Longtemps après, elle rajouta deux ailes à son nom.

Parce que ça n'est pas rien deux ailes.
Parce que cela s'honore deux ailes.

Parce qu'elle voulait qu'on se souvienne, un jour lorsqu'elle ne serait plus qu' un visage dans un album jauni et un nom sur une pierre... un nom, son nom, avec deux ailes.