Ce que le vent murmure

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Entries pour Mot-clé "graines"

Fil des billets - Fil des commentaires

Choisissez bien vos créances...

samedi 20 janvier 2018, par Maï Phan-van

"Si vous prêtez assistance à quelqu'un, quelqu'un vous prêtera assistance, peut être demain, peut être dans 100 ans, mais quelqu'un vous viendra en aide. La nature rembourse toujours ses dettes, il s'agit d'une loi mathématique et la vie est pure mathématiques." -Gurdjieff

Pour la nature tout est bon, dans la création il n'y a pas de jugement de valeur, tout ce que nous créons est soutenu sans jugement avec générosité car l'univers est généreux. Ce que nous introduisons dans le monde est graine semée en son riche terreau, l'univers en dette nous rembourse au centuple. D'un minuscule pépin de pomme il fait un pommier qui nourrira plusieurs générations.
N'ayons crainte, de chaque graine que nous aurons semée en son sein, il nous remboursera largement.
Aussi soyons vigilant aux graines que nous semons. Veillons à nos futures récoltes. Afin de ne pas récolter par défaut des fruits amers semés par inconscience ou inadvertance.

la monnaie du pape

dimanche 1 juin 2014, par Maï Phan-van

monnaie du pape 2

monnaie du pape détail
Version acrylique sur toile.


monnaie laque
Version laque traditionnelle vietnamienne. Pigments naturels et feuille d'argent .Il fallait bien ça pour la monnaie du pape.

J'ai toujours aimé la monnaie du pape, ses larges siliques colorées que l'on pèle à l'automne pour en révéler la nacre secrète, douce comme des baisers de lune, légère comme des ailes de libellules.
Petite fille je jouais, dans le jardin, à les libérer de leur gangue, ce fin fil d'argent oxydé qui en fait de sages médailles accrochées à leur tige. Je les retirais de leur anneau dont je me faisais des lunettes pour mieux les voir s'envoler dans le vent de mon souffle, relayé par l'air tiède de l'automne.
Virevolter, hésiter, surprises de cette liberté soudaine, trembler timidement dans la lumière, et puis voleter tendrement, s'élever vers le ciel, embrasser les feuilles des arbres, s'y perdre parfois ou s'échapper où je ne pouvais les suivre, fragiles papillons d'argent.

Dans ma poche, mes petits doigts agiles caressaient les graines sombres, rondes et plates, que j'avais précautionneusement gardées.


Ils étaient là, aussi, les papillons de soie.

C'est une habitude que j'ai gardée. Je sème toujours des lunaires dans mes jardins.