Ce que le vent murmure

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Entries pour Mot-clé "automne"

Fil des billets - Fil des commentaires

Ombelles aux couleurs de fin d'été...

samedi 6 septembre 2014, par Maï Phan-van


Les cigales se taisent. Une à une elles s'éteignent. De l'incessant concert joyeux on guette maintenant les éphémères cymbales. Sans leur chant, l'air tiède des après-midi est étrangement silencieux. Au jardin potager l'oïdium dévore courges et courgettes, au milieu de feuilles poudrées de blanc toutes ratatinées et flétries, émergent quelques dodus potimarrons. Le mildiou est en passe d'avoir raison des derniers pieds de tomates cerises. J'ai rendu les armes, abandonné purin d'orties, de prêle, de gourmands de tomates et de fougère des bois, lassée, je laisse guerroyer seule la nature.
Quelques pieds d'alouettes fleurissent, semés par le vent dans d'improbables recoins, mais ce sont les innombrables ombelles des carottes sauvages qui éclairent toujours les champs derrière la maison et les talus entre les vignes.
Couleurs de fin d'été. Jours plus courts et matins frais. Paille et herbe sèche. Et des grillons encore tandis que se regroupent déjà les hirondelles.

ombelle aout 1

Encouragement.

mercredi 27 août 2014, par Maï Phan-van


Ils ont obtenu le deuxième prix de peinture du salon international de peinture de Bruges.

ombelles
bruges 2014


Un bien bel encouragement.

Merci au jury.


Un joli coup de pouce pour m'inciter à me remettre au travail après la pause estivale.
Et surtout un retour de public chaleureux, ce genre de regard qui sème la confiance au coeur des tâtonnements créatifs.


Je vous promets une belle suite.
Les ombelles dans les champs et sur les talus ont des reflets de début d'automne. Elles m'inspirent plus que jamais.

Fleur d'automne

jeudi 19 septembre 2013, par Maï Phan-van

Qui a dit que l'automne est une saison triste?

J'aime l'accueillir sans mémoire, me laisser surprendre, recevoir ce qu'elle a à m'offrir.

Quelques mémorables journées de pluies ces jours derniers, et voilà aussitôt le paysage qui reverdit. Pour la terre assoiffée c'est une bénédiction cette eau tombée du ciel.
Malgré les nuits fraîches, dans l'air encore doux, les fleurs des champs fleurissent toujours.
Les hirondelles ont levé l'ancre, elles ont laissé la place aux rouge-queues, aux pinsons et aux mésanges qui dévorent les figues avant moi.
Je n'ai pas vu mes hupettes depuis une semaine, seraient-elles parties elles aussi, un beau matin sans dire au revoir?

L'automne arrive en avance. Mais dans son panier il y a encore de belles fleurs.
chicorée sauvage