Ah les lois du business, difficile de ne pas y céder. Il semble que les éditions "Mon Petit Editeur" avalées par Publibook y nagent en eau trouble. Traverseront-elles le fleuve , s'y fondront-elles ou s'y noieront-elles? Pour information aux éventuels auteurs en quête de maison d'édition et pour solder le reste d'agacement que mon courrier n'a pas épuisé ,quoique cela finisse en réalité par m'amuser, voici le genre de correspondance qu'on peut être amené à avoir.

 Mon cher Editeur,
 J'ai bien reçu votre relance du 30/10/12, qui n'est pas la relance 1 mais bien la troisième du genre.
  relance 1 : 18 janvier2012
 relance 2 : 29 février 2012
 Ma réponse a toujours été la suivante : 
  J'ai bien reçu votre relance sur Pack dépôt de 50 livres dont 30 ont été expédiés à mon adresse, et correspondant aux frais de gestion.
  Pour rappel : j'ai réglé ce pack avec un chèque CCP n° 1525012 G d'un montant de 480€ correspondant à :
  50ex en pack dépôt : 549€ ( soit 529€ +20€ de traitement,calcul effectué et commande enregistrée par Doniazade Jabbari)
  50 marques pages :     31€
  soit un total de :        580€
   moins un avoir de :   100€  (avoir n° AV110261 en date du 25/10/11)
  ce qui fait bien un total de 480€ 
  donc sur votre facture de 529€ il apparaît un solde en ma faveur que j'ai la gentillesse de ne pas vous réclamer.
  Je vous ai à chaque fois prié de bien vouloir vérifier votre décompte qui me paraît être erroné. 
  Je trouve regrettable de n'avoir jamais reçu d'autre réponse qu'une relance ignorant les précédentes.
   N'étant pas dans le besoin, ne vivant pas des quelques euros de droits d'auteur et n'ayant pas l'âme portée aux combats inutiles, je vous adresse ci joint la somme indûment réclamée. Cela devrait pouvoir libérer le versement des commissions auteur ( voir votre courrier du 21 juin 2012)
   Je vous informe  pour votre conscience, en souhaitant que vous la préserviez face aux lois du business, que je reverse l'intégralité de ces commissions à l'association VNED « Viet Nam Enfants de la Dioxine », une courageuse petite ONG qui aide les enfants victimes de l'agent orange défoliant déversé sur le pays durant la guerre du Vietnam, 
 (www.vned.org)
 1 euro c'est une journée de prise en charge d' un enfant.
 A défaut que votre petit contentieux ne fasse pas profit à ces quelques enfants, je vous souhaite de tout coeur, pour l'avenir de votre maison d'édition que je trouve par ailleurs fort sympathique et avec laquelle j'espère continuer une collaboration amicale, que vous puissiez faire exception à ce que la sagesse populaire a toujours relevé, que bien mal acquis ne vous porte pas tort.
  Cordialement à vous

En reproduisant ici ma lettre, je me dis qu'au fond les plus nécessiteux ne sont pas ceux que l'on croit. Il suffit de voir les petits visages rayonnants des enfants handicapés , le soleil et la vie qui émanent d'eux,.

Car hélas bien que je vienne de faire à Mon Petit Editeur l'aumône de 20€ ni joie ni sourire rayonnant n'en naîtra. C'est bien là le mal de notre monde, le sentiment de gratitude effacé par celui du droit. Tout ce qui nous apparaît comme un dû nous prive du bonheur de recevoir.

Angélisme? Utopie penserez - vous?

N'oubliez jamais que c'est l'utopie qui a toujours fait progresser le monde.